Accueil - Plan du site
Biographie sommaire
Bibliographie
Correspondances
Origines - Généalogie
Famille - Entourage
Carrière militaire
Carrière diplomatique
Fonds Flahaut
Etudes

Ressources
Evénements
Anecdotes
Articles de presse
Index des personnages
Actualités et mises à jour
Liens - Lettres et Mémoires
Contact

A consulter :

Annuaire Histoire
Lettres et Mémoires du 19è
Revues historiques
Histoire et manuels scolaires
La boutique de l'Histoire

Au Blason des Armoiries




Recherche personnalisée
 

Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer
de 1789 à 1850, par M.C. Mullié - Tome 1
(Paris - Poignavant et Cie, éditeurs)

Flahaut de la Billarderie (Auguste-Charles-Joseph, comte de)
né à Paris, le 20 avril 1785, fils d'un officier général, il entra à l'âge de 15 ans dans un corps de volontaires à cheval, organisé pour accompagner le premier Consul en Italie. Il devint capitaine aide-de-camp de Murat, puis chef d'escadron dans un régiment de chasseurs à cheval, colonel aide-de-camp du prince de Neufchâtel ; il combattit, avec distinction, en Portugal, en Allemagne, en Espagne et en Russie. Promu au grade de général de brigade en 1813, il devint aide-de-camp de Napoléon, se signala à la bataille de Dresde et fut alors élevé au grade de général de division (24 octobre 1813). Il se rendit le 22 février auprès des plénipotentiaires russes, autrichiens et prussiens pour traiter d'un armistice, mais ses propositions ne furent pas acceptées. le titre de comte et le grade de commandeur de la Légion-d'Honneur lui furent accordés dans la même année. Le général Flahaut, après le retour de l'île d'Elbe, avait repris son service auprès de l'Empereur ; il fut nommé Pair de France, et défendit à la Chambre, après le désastre de Waterloo, le rapport du ministre de la guerre attaqué par Ney, donna des détails sur les opérations de Grouchy, certifia que ce maréchal avait alors 40.000 hommes sous ses ordres, et appuya avec chaleur la proposition de Lucien en faveur de Napoléon II.
Après la seconde Restauration, Talleyrand fit rayer son nom de la liste des personnes qui devaient être exilées de France. Toutefois on engagea M. de Flahaut à s'éloigner pour quelque temps.
En 1830, il reprit sa place à la Chambre des Pairs et dans les rangs de l'armée ; il a depuis exercé quelques missions diplomatiques, il est grand-croix de la Légion-d'Honneur. Madame de Flahaut, dont les romans ont obtenu tant de succès, et qui épousa en secondes noces M. de Souza, était la mère du général.

  règles de confidentialité
référencements site créé en 1999, mis à jour le 19 mars 2017