Accueil - Plan du site
Biographie sommaire
Bibliographie
Correspondances
Origines - Généalogie
Famille - Entourage
Carrière militaire
Carrière diplomatique
Fonds Flahaut
Etudes

Ressources
Evénements
Anecdotes
Articles de presse
Index des personnages
Actualités et mises à jour
Liens - Lettres et Mémoires
Contact

A consulter :

Annuaire Histoire
Lettres et Mémoires du 19è
Revues historiques
Histoire et manuels scolaires
La boutique de l'Histoire

Au Blason des Armoiries




Recherche personnalisée
 

L'Intermédiaire des chercheurs et curieux
(correspondance littéraire, "Notes and queries", français)


questions et réponses, communications diverses à l'usage de tous, littérateurs et gens du monde, artistes, bibliophiles, archéologues, généalogistes, etc...
avec l'aide et l'autorisation de l'Intermédiaire des Chercheurs et curieux

 10 novembre 1865  An 2  Duc de Morny  A. de C.
 1876  An 9  Duc de Morny  H. de L'Isle
 10 août 1876  An 9  Duc de Morny  C. d'A. et T.Y.
 1876  An 9  Duc de Morny  V. de V.
 10 septembre 1876  An 9  Duc de Morny  O.D.
 1879  An 12  Le duel du duc d'Orléans et de M de Morny  V.D.
 10 août 1887  An 20  Morny  Firmin
 1887  An 20  Morny  Stille
 25 septembre 1887  An 20  Morny  Vaudémont
 25 novembre 1887  An 20  Morny  De Villagorce
 10 novembre 1888  An 21  Les papiers de M de Morny  Pont-Calé
 10 août 1896  Vol 34  Morny  Nauroy
 1900  Vol 40  Naissance du duc de Morny  Hixer
 30 avril 1900  Vol 41  Naissance du duc de Morny  Alfred Sage
 mai 1900  Vol 41  Naissance du duc de Morny  Friso
 7 juin 1900  Vol 41  Naissance du duc de Morny  Nauroy
 1902  Vol 44  Naissance du duc de Morny  Nauroy
 1902  Vol 44  Naissance du duc de Morny  L.G.P.
 30 mai 1903  Vol 47  Naissance du duc de Morny  Nauroy
 20 juin 1904  Vol 49  Lieu de naissance du duc de Morny  H.C.M.
 1904  Vol 50  Lieu de naissance du duc de Morny  Alfred Duquet
 20 juin 1906  Vol 53  Famille de Flahaut  Renaud d'Escles
 10 juillet 1906  Vol 54  Famille de Flahaut  G.P. Le Lieur d'Avost
 1906  Vol 54  Famille Flahaut (correctif)  anonyme
 1907  Vol 55  Naissance du duc de Morny
Mme de Souza de Flahaut
 anonyme
 1930  Vol 93  Morny et le titre d'Altesse impériale  P.c.c. Roan
 1930  Vol 93  Le duc de Morny et Sarah Bernhardt  Saint-Audemer
 1930  Vol 93  Le duc de Morny et Sarah Bernhardt  R. de Berwick

 10 novembre 1865 : Duc de Morny
Pourrait-on me donner, soit par la voie de l'Intermédiaire, soit par lettre, l'étymologie du nom du duc de Morny ? Est-il emprunté à une terre ou est-ce un nom d'homme ? Quelle est la signification du nom de Morni, célèbre guerrier écossais dont il est question dans le poème de Latmo, par Ossian ? Les recherches que j'ai faites dans les ouvrages de Zeuss, Edwards, Legonidek, Pictet, etc... ont été infructueuses.
A de C.


1876 : Duc de Morny
Ce nom a pu être pris dans un roman peu connu, intitulé : "Les revenants véritables, ou les aventures du chevalier de Morny (par le marquis de l'Aubépine). Paris, Barra, an XIV (1806), " 2 vol.in-12.
H. de l'Isle

10 août 1876 : Duc de Morny
Le nom de Morny est très réel ; il était porté par un ancien chevalier de Saint-Louis qui, moyennant une pension de 6000 fr., a reconnu l'enfant né dans les conditions que l'on sait, et lui a ainsi constitué un état civil régulier. Ce comte de Morny est mort à Versailles vers 1822 ou 1823.
C. d'A.
C'était (entre tant d'autres) un des dossiers les plus curieux, que celui des pièces jointes aux publications de mariage du comte de Morny. Il a disparu en 1871 avec le dépôt des registres de l'état-civil parisien que l'on conservait à l'Hôtel-de-Ville.
T.Y.

1876 : Duc de Morny
Dans son livre plein d'érudition (Origine des noms et des armoiries), le baron de Coston (de Montélimar) assure que le nom de Morny n'appartient à aucune famille ni à aucune des localités françaises ; il croit que l'un des héros chantés par Ossian, dont les poésies étaient fort goûtées sous le premier Empire, a fourni ce nom singulier, qui, en calédonien, signifie : aime. L'acte de mariage du duc de Morny est rédigé en latin et il ne donne pas les noms des pères et mères des deux époux qui se sont unis de leur simple consentement. On sait que la duchesse de Morny, d'origine russe, s'est remariée à un grand d'Espagne.
V. de V.

10 septembre 1876 : Duc de Morny
La Biog. Didot ofrre un pendant complet à cet état-civil du duc de Morny. "Poniatowski (Stanislas), gentilhomme polonais, fils naturel du prince Sapieha, grand-général de Lithuanie, et d'une juive ; il fut adopté par un gentilhomme lithuanien, nommé Poniatowski, intendant du prince, qui pour cette adoption lui fit compter cent ducats d'or de Hollande."
Ce Stanislas Poniatowski est le père du roi Stanislas-Auguste, et le grand-père du prince Joseph, qui périt à Leipzig, après avoir rendu si célèbre ce nom de Poniatowski, qu'il n'eût porté, selon notre biographie, que par une fiction légale.
O.D.

1879 : Le duel du duc d'Orléans et M de Morny
Le Figaro avançait, dans une notice intéressante consacrée à M de Morny (fin du mois d'août), que ce personnage, devenu depuis si célèbre, M de Morny, eut l'honneur de croiser son épée avec celmle du duc d'Orléans. Il ne paraît pas d'ailleurs qu'aucun des deux jeunes combattants ait été blessé. ce fait est bien peu connu, je crois. Pourrait-on savoir les circonstances, la date, de ce combat singulier ? Peut-être serait-il trop indiscret de chercher à en préciser les causes et à "chercher la femme" ?
On pourrait citer, d'ailleurs, d'autres exemples de princes se battant avec des personnages d'un rang fort au-dessous du leur. Le comte d'Artois eut, je crois, un duel avec un capitaine de ses gardes, et le Prince de Galles (fils de George III) échangea des balles avec un colonel qui se regardait comme offensé.
V.D.

10 août 1887 : Morny
Le duc de Morny était-il le fils de la reine Hortense et du comte de Flahaut ?
Ne se rattachait-il pas au contraire à Talleyrand par Madame de Flahaut ?
A-t-il été reconnu réellement par un comte de Morny ?
Qu'est-ce que ce dernier personnage ?
Firmin

1887 : Morny
"J'ai rencontré Auguste de Morny encore jeune, entre sa trentième et sa quarantième année, il était charmant. Sa distinction était rare, son aisance admirable et sa grâce parfaite. Bien pris dans sa petite taille qui n'était pas trop élevée, blond, prématurément chauve, avec de jolis yeux bleus et un sourire avenant, il traversa légèrement la vie, en enant gâté de la fortune. heureux comme un batard ! me disait la grande-duchesse Marie de Russie en leregardant passer. Il était le fils de la reine Hortense et du comte de Flahaut, qui avait été, - cela se voyait encore lorsque j'entrai en relations avec lui, - un homme d'une élégance et d'une beauté peu communes. Le comte de Flahaut, général de division à vingt-quatre ans, fut la coqueluche des grandes dames du premier Empire ; on se le disputait dans les alcôves de la famille impériale, où il ne rencontra point de cruelle. Napoléon se fâcha plus d'une fois et toujours en vain. Il était relativement pauvre ; mais possédait les plus beaux équipags de l'armée et trouvait cela tout simple. La reine Hortense ne lui fut pas plus rebelle que les autres, d'où, le 23 octobre 1811, provint un Charles-Auguste-Louis-Joseph, qui fut comte et ensuite duc de Morny. Il est né à Paris, rus des Filles-du-Calvaire, dans une maison entourée d'un jardin clos de murs, et que l'on avait louée pour la circonstance. Des joueurs d'orgue, postés dans les environs, n'auraient point permis d'entendre des cris ou des gémissements. Quoi que l'on en ait dit, l'enfant eut un état-civil régulier et le nom qu'il porta ne fut point un nom de fantaisie. On avait découvert à Versailles un ancien chevalier de Saint-Louis, pauvre, fatigué de l'être, qui s'appelait réellement le comte de Morny et qui, moyennant une rente de six mille francs, qu'il toucha jusqu'à sa mort, n'hésita pas à reconnaître l'enfant qu'il ne connaissait pas. Auguste fut élevé par la mère du comte de Flahaut, qui en secondes noces avait épousé le comte de Souza. Il vécut, dès son adolescence, dans la familiarité de Talleyrand, de Montrond, de Pozzo di Borgo, de Metternich, d'Alexandre de Girardin ; ce n'est point en elle compagnie qu'il se forgea des principes bien rigides, mais il apprit la science du monde à laquelle il excella... (Extrait de Souvenirs inédits destinés à paraître en 1910.
Stille

25 septembre 1887 : Morny
Les armoiries du duc concédées, en 1862, au comte de Morny, le reconnaissant pour fils du comte de Flahaut, puisqu'elles portent l'écu de cette famille (d'argent à 3 merlettes de sable) brisé d'une bordure componée de l'Empire français et des dauphins d'Auvergne. Il est vrai que, d'après son acte de naissance, du 22 octobre 1811, publié par M. Borel d'Hauterive, "Charles-Auguste-Louis-Joseph Demorny" (sic) serait fils "du sieur Auguste-Jean-Hyacinthe Demorny, propriétaire à Saint-Domingue, demeurant à Villetaneuse (Seine)" et de son épouse "Louise-Emilie-Coralie Fleury" ; mais il reste à établir que cet acte est bien authentique et même, en admettant l'affirmative, que M et Mme Demorny ont réellement existé, ce nom étant tout à fait inconnu.
Voir, sur la question, le "Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France, tome II (1880), col. 52-54 et 80-82.
Vaudémont

25 novembre 1887 : Morny
J'ai lu quelque part, il y a une vingtaine d'années, que le nom de Morny a été pris dans les poémes d'Ossian, et que ce mot signifie : doux (en latin, mitis).
De Villagorce

10 novembre 1888 : Les papiers de M de Morny
Les papiers de M de Morny conservés par deux secrétaires, MM Fournier et de Morpon, ont-ils été classés et publiés ? Présentent-ils quelque intérêt historique ?
Pont-Calé

10 août 1896 : Morny
Consulter mon livre : Les secrets des Bonaparte, 1889, Emile Bouillon, in-18
Nauroy

1900 : Naissance du duc de Morny
Sur quoi s'appuie la tradition que M de Morny serait né clandestinement à Montpellier ?
Hixer

30 avril 1900 : Naissance du duc de Morny
J'ignore à quelle tradition Hixer fait allusion, mais je sais que la copie suivante d'un acte inscrit, le 22 octobre 1811, à la mairie du IIIè arrondissement (Xè actuel) de Paris, me paraît battre sérieusement en brèche la dite tradition :
... Cjaude-Martin Gardien, médecin et accoucheur, a déclaré que la veille il était né chez lui, rue Montmartre, 137, un enfant du sexe masculin, fils de Louise-Emilie Fleury, épouse de Jean-Hyacinthe Demorny (sic), propriétaire à Saint-Dominique (Saint-Domingue ?) demeurant à Villetaneuse, près de Saint-Denis.
Alfred Sage

mai 1900 : Naissance du duc de Morny
Voir : Bulletin de la société héraldique, et généalogique de France. 2è année, 1880-81, pp.52 et 80-399
Friso

7 juin 1900 : Naissance du duc de Morny
Consulter mes Secrets de Bonaparte, 1889, in-18, Emile Bouillon.
Nauroy

1902 : Naissance du duc de Morny
Morny a eu pour tuteur le dernier préfet de police de Louis-Philippe, Gabriel Delessert ; c'est pour cela que lui est dédié un livre peu connu des historiens et qui contient de curieux détails sur la chute de Louis-Philippe : M Gabriel Delessert, par J. Tripier le Franc, ancien secrétaire particulier de M. Carlier préfets de police, 1959, in-8 Dentu, 3 pages non chiffrées pour la dédicace et 438 pages, portrait.
Nauroy

1902 : Naissance du duc de Morny
Consulter un intéressant mémoire de M. Grasset-Morel sur les Bonaparte à Montpellier et la Légende (de la naissance) du duc de Morny. Ce mémoire, inséré dans le Recueil de l'Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, (Lettres, série II, tome III), a été aussi tiré à part (Montpellier, Calas, un vol. -in-8è)
L.G.P.

30 mai 1903 : Naissance du duc de Morny
Morny a écrit, en collaboration avec M Ludovic Halevy, sous le pseudonyme de Saint-Remy :
1. Sur la grande route, 1861
2. M. Choufleuri restera chez lui, 1861
3. Les bons conseils, 1862
4. La manie des proverbes, 1862
5. Les finesses du mari, 1864
6. Pas de fumée sans feu, 1864
7. La succession Bonnet, 1864
Nauroy

20 juin 1904 : Lieu de naissance du duc de Morny
Sur la question de la paternité attribuée à Talleyrand, je rencontre quelques détails dans un livre tiré à petit nombre : Talleyrand prêtre et évêque. Paris, Ed. Rouveyre, 1883, au ch. VIII, Madame de Flahaut.
Adélaïde-Marie-Emilie Filleul née, dit-on d'une passde de Louis XV, - les Filleul étaient héréditairement concierges de maisons royales - épousa, jeune, le déjà vieux comte de Flahaut de la Billarderie, maréchal de camp, qui succéda à Buffon dans l'intendance du Jardin du Roi, et mourut, en 1793, à Arras, sur l'échafaud révolutionnaire.
Les Flahaut étaient logés au Louvre et c'est là que Gouverneur Morris, ministre des Etats-Unis en France, vit pour la première fois, Talleyrand qui vivait dans l'intimité de la comtesse, le mot est souligné dans la correspondance de l'Américain.. M Marcade reproduit même une lettre du 24 février 1791, dans laquelle Morris, devenu fort familier dans la maison, rapporte des faits de nature à prouver que l'évêque d'Autun et la comtesse tenaient une grande place dans le coeur l'un de l'autre. C'était donc une de ces liaisons publiques acceptées, comme en a tant vu le XVIIIè siècle.
Le comte de Flahaut avait deux frères : l'aîné le comte d'Angiviller de la Billarderie, émigra et mourut sous l'Empire à Hambourg. On le donne pour un gentilhomme très sévère en matière d'honneur familial, et dans une lettre du 2 septembre 1804 à la comtesse de Neuilly, il s'exprime de la manière la moins équivoque sur la naissance de son prétendu neveu.
Le comte de Flahaut qui mourra grand-chancelier de la Légion d'honneur le 3 septembre 1870, était ,é le 21 avril 1785 ; l'abbé de Périgord avait alors 31 ans, la comtesse de Flahaut 24, M Marcade rapporte que celle-ci, devenue par un second mariage la marquise de Souza, éleva le jene Morny. Son mari José-Maria de Souza Bothelo, 1758-1825, fut un dplomate et un littérateur, connu surtout par sa manifique édition des Lusiades publiées à Paris en 1817. Mme de Souza a écrit plusieurs romans assez oubliés oujourd'hui, et mourut en 1836, deux ans avant Talleyrand. Son fils fréquentait beaucoup à l'hôtel de la rue Saint-Florentin, où l'on conduisait aussi très souvent le jeune Morny à qui le vieux prince faisiat le meilleur accueil.
M Marcade rapporte que dans l'intimité, le comte, plus tard duc de Morny, aimait à laisser dire qu'il était le petit-fils de Talleyrand.
Malgré les affirmations et les présomptions, le problème est et sera toujours insoluble ; en histoire, comme devant les tribunaux français, la recherche de la paternité est interdite. Il n'y en a pas moins de l'intérêt à discuter ces peut-être, à la condition de ne pas oublier la réponse de Mme de Lassay à son mari qui, au beau temps de Madame de Maintenon, s'évertuait à démontrer la vertu de madame Scarron ; "Mais enfin, monsieur, comment faites-vous pour être si sûr de ces choses-là ?"
Que si maintenant on voulait mettre en jeu l'atavisme, on pourrait s'amuser à chercher chez le duc de Morny, et on lui trouverait sans trop forcer les ressemblances, certains traits de caractère communs avec son ancêtre présumé. Mais il y a une psychologie amusante cmme il est une physique amusante, et ce serait sortir même du roman de l'histoire.
H.C.M.

1904 : Lieu de naissance du duc de Morny
La paternité du général de Flahaut, imputée à Talleyrand, n'a rien d'invraisemblable, car le mariage d'Adélaïde-Marie-Emilie Filleul, à l'âge de 18 ans, avec le maréchal de camp Charles-François de Flahaut, âgé de 51 ans, mariage célébré à Saint-Jacques-du-Haut-Pas le 30 novembre 1799, ne fut pas de longue durée, et les relations de la comtesse de Flahaut avec Talleyrand sont concomittantes avec la naissance, en 1785, de l'enfant qui devait être l'amant de la reine Hortense et, par elle, le père du duc de Morny, avant de finir grand chancelier de la Légion d'honneur. On voit que Cupidon mène à tout !
Toutefois, ce n'est pas Adélaïde-Marie-Emilie Filleul qui serait "née, dit-on, d'une passade de Louis XV", c'est sa soeur aînée, Marie-Françoise-Julie-Constance Filleul, née à Falaise en 1751, qui devint marquise de Marigny. La naissance d'Adélaïde-Marie-Emilie Filleul, survenue rue du Mail, en 1761, a été, avec plus de vraisemblance, attribuée au fermier-général Bouret, qui fut, du reste, son parrain.
Toute cette filiation des Filleul a été minutieusement élucidée dans une conférence faite, le 18 juin 1904, à la mairie de Passy, par M Félix Bouvier, le savant et scrupuleux historien de Bobaparte en Italie, devant la "Société historique de l'arrondissement," étude ayant pour titre : Une concierge de Passy en l'an II. Cette conférence avait précisément pour objet la famille Filleul, concierges de père en fille, des châteaux royaux de France, chargés de tenir la chandelle aux hauts et puissants seigneurs desdits, quand ils en montaient, à la nuit, les larges escaliers de marbre.
Alfred Duquet

20 juin 1906 : Famille de Flahaut
J'ai posé dans l'Intermédiaire une question demeurant sans réponse sur Adélaïde Filleul, comtesse de Flahaut, puis baronne de Souza. Serais-je plus heureux en demandant si je pourrais obtenir quelque indication bibliographique concernant son beau-frère le fameux comte d'Angiviller, directeur des bâtiments, sa femme, auparavant veuve de M. de Marchais, amie de Mme de Pompadour, et sur le général de Flahaut, père du duc de Morny ?
Renaud d'Escles.

10 juillet 1906 : Famille de Flahaut
César-Auguste Flahaut, comte de la Billarderie, lieutenant général des amées du roi, épousa Thérèse-Odile Coeuret, fille de Louis, marquis de Nesle et de Henriette-Jeanne-Rosalie Le Bouc de Montplaisir, dont, entre autres enfants :
1) Charles-Claude de Flahaut, comte de la Billarderie d'Angivilliers, directeur des bâtiments et des jardins du roi, marié, au mois d'août 1781, avec E Julie Delaborde, veuve de Girard de Binet, baron de Marchais, et fille de Jean-François Delaborde, fermier général, et d'Elisabeth le Vasseur.
2) Charles-François de Flahaut, comte de la Billarderie, lieutenant général des armées du roi, mort en 1793, épousa : 1° Françoise-Louise Poisson, fille de François, seigneur de Lucq, et de Marie-Madeleine de la Mothe ; née le 15 mai 1724 et soeur de la marquise de Pompadour ; 2° le 30 septembre 1779, Adélaïde-Marie-Emilie Filleul, fille de Charles-François et de Catherine-Irène du Buisson de Longpré, et remarié avec dom José de Souza Botelho ; elle décéda, à Paris, le 16 avril 1836. ["Abel-François Poisson, marquis de Menay, frère de la marquise de Pompadour et de la comtesse de la Billarderie, avait épousé, en 1767, Marie-Françoise-Julie-Constance Filleul, fille naturelle de Louis XV."]
Du second mariage :
Auguste-Charles-Joseph, comte de Flahaut, lieutenant général, grand-chancelier de la Légion d'honneur, ambassadeur en Angleterre, etc... (le père du duc de Morny), né le 31 avril 1785, morrt à Londres, le 1er septembre 1870, marié le 28 juillet 1817 avec Marguerite Elphinstone, baronne de Keith, décédée à Paris, le 12 novembre 1867, dont :
(1) Emilie-Jeanne, morte à Londres au mois de juin 1895, avait épousé, le 1er novembre 1843, Henri, comte de Shelburne, marquis de Lansdowne ;
(2) Clémentine-Marie-Hortense, décédée le 5 janvier 1836 ;
(3) Georgette-Gabrielle, née en 1827, mariée, en 1871, avec Charles-Jean-Félix, marquis de La Valette ;
(4) Adélaïde-Joséphine-Elisabeth ;
(5) Sarah-Sophie-Louise, morte le 8 juillet 1853.
G.P. Le Lieur d'Avost.

1906 : Famille Flahaut
(LII, 893 ; LIV, 22). - LIV, colonne 22, ligne 41, lire Menars et non Menay.

1907 : Naissance du duc de Morny et Mme de Souza de Flahaut
Dans une étude très étendue et d'un remarquable style, Madame de Souza et sa famille, M le baron de Maricourt parle tout naturellement du duc de Morny.
Mme de Souza est une figure des plus gracieuses du dix-huitième siècle à cheval sur le dix-neuvième ; elle ne pouvait pas trouver un peintre plus délicat et plus ingénieux. le livre qu'il lui a amoureusement consacré, est à proprement dire, un charme. Et l'admirable, c'est que tant de qualités brillantes d'éloquence et d'esprit ne sont point dépensées au détriment de l'érudition et de l'histoire.
Une demoiselle de Longpré, que la légende croit distinguer entre les beautés du Parc-auc-Cerfs, épouse, en 1747, un sieur Filleul. De cette union, naît à Longpré, une fille, Julie, qui deviendra Mme de Marigny, et une autre fille, Adélaïde ; celle-là, fille, dit-on, du traitant Bouret. Elle deviendra Mme de Flahaut, puis Mme de Souza.
M de Maricourt conte en ses menus détails, l'existence de la petite Adélaïde qui fut de bonne heure un intéressant personnage dans la plus intéressante des sociétés. ce fut chez sa soeur, Mme de Marigny qu'elle connut M de Flahaut. Mais elle n'avait point de ces caprices que fixe l'amour, et la voici éprise de M de Talleyrand, dans le temps où naît Charles de Flahaut. La Révolution viendra à propos pour couper avec le tranchant de la guillotine un lien qui pèse au vieux mari et à la femme.
Emigré, réduite à la misère, elle puis dans l'adversité un renouveau de vertu qui lui manquait. Elle devient un écrivain ingénieux, une mère admirable, et porte avec éclat le nom de Souza, par son mariage avec un diplomate portugais qui s'est souvenu, quand elle fut veuve, qu'il pourrait ne lui être pas indifférent.
Charles de Flahaut, à seize ans, offre son épée à Bonaparte, qui revient d'Egypte. C'est un cavalier, d'une grande séduction, d'un courage intrépide. Aime-t-il Hortense de Beauharnais ? ou en est-il aimé ? M de Maricourt consulte inutilement sur ce point les Mémoires de Mme Potocka, confidente intéressée de cette passion, qui ne connut jamais la femme mystérieuse qui était entre elle et Charles de Flahaut.

De ces rapports tenus secrets il résulta la naissance qu'on sait, le 21 octobre 1811, chez Claude-Martin Gardien, médecin-accoucheur, rue Montmartre 137, de Charles-Auguste-Louis-Joseph, né de Coralie Fleury et d'Hyacinthe Demorny, parents d'emprunts, dont M de Maricourt ne sait rien de plus que ses prédecesseurs dans cet ordre de recherches.
Ce que devint Auguste Demorny, dont ce livre nous montre la formation, on le sait : c'est l'histoire dans tout son fracas.
On sait moins comment disparut l'aimée, charmante et célèbre créature, qui l'éleva, l'auteur d'Adèle de Senanges que M de Mariccourt conduit avec émotion jusqu'à cette tombe du Père-Lachaise envahie et dévorée par les ronces de l'oubli depuis le 21 avril 1836.

1930 : Morny et le titre d'Altesse impériale
Dans son très attachant, très prenant ouvrage sur le frère de Napoléon III, publié dans la collection Figurines du passé, M. Marcel Boulenger pose la question suivante (p.242 et 243) :
Signalons aux investigations des chercheurs un petit problème dont nous nous voyons dans l'impossibilité matérielle de fournir la solution.
Il existe dans les papiers Morny, deux lettres extrêmement curieuses dont voici d'abord la genèse, ou plus exactement l'occasion. Un journal de Bruxelles, l'Indépendance belge, avait publié un article, dont on n'a conservé qu'une partie, dans laquelle, avec une merveilleuse perfidie, le journaliste écrivait que M de Morny allait sans doute obtenir bientôt droit à l'appellation d'Altesse impériale, que la cour des Tuileries se trouvait divisée en deux camps, les Bonaparte d'une part, les Beauharnais de l'autre, etc...
A la suite de ce papier, Morny écrivait à l'Impératrice (et non pas directement à l'Empereur, ce qui prouve à quel point il est inexact de lui prêter, comme on l'a fait trop souvent, de mauvais sentiments envers la souveraine) pour lui exprimer son affectueux embarras et son profond chagrin de voir courir publiquement de tels bruits. Il demande ce qu'il doit faire, ajoutant qu'il est prêt à tout afin d'effacer jusqu'à la trace et jusqu'au prétexte de ces méchancetés ; qu'il s'éloignera, si l'on veut, qu'il accomplira quelque voyage en Italie : bref, qu'on dispose entièrement de lui. Et la lettre est très douce, pleine d'une amitié respectueuse et vive, manifestement sincère.
L'Impératrice répondit par une autre lettre, non moins amicale et tranquille pleine de délicatesse, dont Morny dut se sentir pleinement rassuré ; qu'il se tienne en repos, tout cela n'est rien, l'on a toute confiance en lui, il ne faut pas s'occuper de ces sottises-là.
Nous avons tenu en main ces deux lettres qui font pareillement honneur à leurs deux auteurs... Seulement voilà : ni l'une, ni l'autre ne sont datées. Et l'extrait de l'Indépendance belge, point davantage. Il faudrait donc, pour le retrouve, aller lire à Bruxelles tous les numéros de ce journal, depuis l'an 1852, jusqu'à l'an 1865. certes, nous nous proposons de le faire, mais pas tout de suite.
Nous ne saurions, par conséquent, préciser à la suite de quels incidents s'éleva ce petit nuage de cour. D'après le classement des papiers dans les archives Morny, il semble que la lettre de Morny et la réponse de l'Impératrice soient postérieures à 1860 ; c'est tout ce que nous pouvons nous permettre d'indiquer.
Quelques érudits trouveront le mot de ce rébus : il y a des divertissements plus coupables et moins amusants.
P.c.c. Roan

1930 : Le duc de Morny et Sarah Bernhardt
Je lis dans un journal hebdomadaire illustré que, lorsqu'elle eut quinze ans, Sarah Bernhardt subit une crise de mysticisme et voulut se faire religieuse. On réunit alors un conseil de famille auquel assistait... le duc de Morny. ce dernier s'éleva avec force contre les vélléités conventuelles de la jeune personne et conseilla de la "fourrer plutôt au Conservatoire" ; ce qui fut fait.
L'auteur de l'article demande à quel titre Morny a assisté à ce conseil de famille. Nous posons la même question.
Saint-Audemer

1930 : Le duc de Morny et Sarah Bernhardt
Au chapitre VI de ses mémoires, intitulé Ma double vie, Sarah Bernhardt raconte comment se passa ce conseil de famille. Au sujet du duc de Morny, elle dit seulement :
Il y avait comme convives à déjeuner ce jour-là : ma tante Rosine, Mlle de Brabender, mon parrain, et le duc de Morny, un grand ami de mon père et de ma mère.
"Le duc de Morny m'en imposait un peu. Il était doux et moqueur ; je savais qu'il avait à la Cour une haute situation, et que ma famille s'honorait de son amitié."
Sarah Bernhardt ne semble pas en avoir su davantage sur les relations du duc avec ses parents.
R. de Berwick
  règles de confidentialité
référencements site créé en 1999, mis à jour le 19 mars 2017