Accueil - Plan du site
Biographie sommaire
Bibliographie
Correspondances
Origines - Généalogie
Famille - Entourage
Carrière militaire
Carrière diplomatique
Fonds Flahaut
Etudes

Ressources
Evénements
Anecdotes
Articles de presse
Index des personnages
Actualités et mises à jour
Liens - Lettres et Mémoires
Contact

A consulter :

Annuaire Histoire
Lettres et Mémoires du 19è
Revues historiques
Histoire et manuels scolaires
La boutique de l'Histoire

Au Blason des Armoiries




Recherche personnalisée
 

autres biographies de Charles de Flahaut , fils naturel de Talleyrand

Nouvelle biographie générale, depuis les temps les plus reculés, jusqu'à nos jours (Tome 17è), publiée par MM Firmin-Didot frères, Paris 1858
Archives du général Charles de Flahaut et de sa famille (565 AP)
comprenant une biographie de Charles de Flahaut, par Jean-Philippe Chaumont
La biographie de Charles de Flahaut, par Françoise de Bernardy
Biographie de Charles de Flahaut encyclopédie Wikipedia
Biographie de Charles de Flahaut coupure de presse en anglais


Nouvelle biographie générale, depuis les temps les plus reculés, jusqu'à nos jours (Tome 17è), publiée par MM Firmin-Didot frères, Paris 1858

FLAHAUT DE LA BILLARDERIE (Auguste-Charles-Joseph, comte DE)
général et diplomate français, sénateur, etc, est né à Paris, le 21 avril 1785. Il était encore enfant quand son père périt sur l'échafaud révolutionnaire. Sa mère, privée par la confiscation du peu de biens qu'avait possédés son mari, emmena son fils unique en Angleterre, où, presque réduite à la misère, elle trouva une ressource dans sa plume. Le jeune Flahaut commença son éducation en Angleterre, et l'acheva en Allemagne, où il avait suivi sa mère. En 1798 tous deux revinrent à Paris, et à la fin de l'année suivante, le jeune homme entra dans un corps de cavalerie qui devait accompagner Bonaparte, premier Consul, en Italie. Il fit donc ses premières armes dans la campagne de Marengo. Dans les premiers mois de 1800, il passa en Portugal, comme simple dragon, et, à son retour en France, il obtint l'épaulette de sous-lieutenant. Attaché ensuite à Murat comme aide de camp, il gagna les grades supérieurs à Austerlitz, dans la campagne de Prusse, puis dans la guerre d'Espagne, et, après avoir été nommé colonel à la suite de la bataille de Wagram, il obtint l'honneur, alors très recherché, dêtre admis dans l'état-major du maréchal Berthier, qui lui fit donner le titre de baron de l'empire. Depuis 1802, sa mère s'était remariée au comte de Souza, nom sous lequel elle est restée connue dans la littérature. Dans la guerre de Russie, M de Flahaut se distingua d'une manière particulière au combat de Mohilef, le 26 juillet 1812, et le 22 février suivant il fut promu au grade de général de brigade. A son retour à Paris, Napoléon le nomma l'un de ses aides de camp. Sa belle conduite à la bataille de Leipzig lui valut le grade de général de division et le titre de comte de l'empire. Il se fit encore remarquer à la bataille de Hanau, le 31 octobre 1813, et reçut la croix de commandeur de la Légion d'Honneur, le 23 mars 1814. Vers cette époque, l'empereur le désigna pour traiter avec les plénipotentiaires alliés d'un armistice, qui ne fut pas conclu.
Après l'abdication de 1814, M de Flahaut adhéra aux actes du gouvernement provisoire. Dès que l'empereur eut réapparu en France, il courut reprendre près de lui ses fonctions d'aide de camp. Envoyé à Vienne avec des dépêches de Napoléon pour Marie-Louise, il fut arrêté à Stuttgart et forcé de rentrer en France sans avoir pu remplir sa mission. Créé alors pair de France, il accompagna Napoléon à la frontière, et combattit encore à Waterloo. A l'issue de cette malheureuse journée, il revint à Paris, et le 22 juin, à la séance de la chambre des pairs, il se leva pour contredire le maréchal Ney ; il fit connaître les opérations de Grouchy, assura que ce général avait encore plus de 40.000 hommes sous ses ordres, et appuya avec chaleur la proposition de Lucien Bonaparte, qui demandait qu'on proclamât Napoléon II. "Si Napoléon avait été tué, disait le comte de Flahaut, n'est-ce pas son fils qui lui succéderait ? Il a abdiqué, il est mort politiquement, pourquoi son fils ne lui succéderait-il pas ?" Le général de Flahaut fut chargé le 1er juillet, par le gouvernement provisoire, du commandement d'un corps de cavalerie. Mais les destins devaient s'accomplir. A la seconde rentrée du roi sur Paris, M de Flahaut fut inscrit l'un des premiers sur la liste de ceux qu'on devait exiler de France sans jugement préalable et par mesure de sûreté. Il dut cependant à l'intervention du prince de Talleyrand, ami de sa famille, de ne pas voir son nom figurer dans la fameuse ordonnance du 24 juillet ; néanmoins, on l'engagea à s'éloigner temporairement. M de Flahaut se rendit d'abord en Suisse, dans les environs de Genève, d'où, au bout de quelques temps, il fut obligé de passer en Angleterre. Il y épousa, en 1817, miss Mercer Elphinstone, fille de lord Keith, riche héritière qui succéda plus tard aux titres et à la pairie de son père, et dont il n'a eu que des filles. Pour accomplir ce mariage, M de Flahaut avait du donner sa démission du grade qu'il occupait dans l'armée française. Il vint depuis lors plusieurs fois visiter la France, et finit par se fixer à Paris en 1827. La révolution de Juillet 1830 lui rendit son grade et la pairie. En 1831, il fut nommé ministre plénipotentiaire à Berlin. Au bout de cinq à six mois il donna sa démission. Il accompagna ensuite le duc d'Orléans au siège d'Anvers ; et, à l'époque de son mariage, en 1837, ce prince, formant sa maison, choisit le comte de Flahaut pour son premier écuyer ; mais celui-ci garda peu de temps cet emploi.
Le salon de madame de Flahaut eut longtemps une certaine importance politique. M de Flahaut paraissait rarement à la tribune de la chambre des pairs ; il était du petit nombre des membres de cette assemblée qui votaient constamment contre les lois restrictives des libertés publiques. En 1841, il fut nommé ambassadeur à Vienne, poste qu'il conserva jusqu'à la révolution de février. Le gouvernement provisoire le mit à la retraite, par un décret du 17 avril 1848, et lorsque l'Assemblée législative eut annulé cette mesure, par un décret du 11 août 1849, il ne demanda pas à rentrer dans les cadres. Au 2 décembre 1851, il se mit à la disposition du président de la République, et fit partie de la Commission consultative pour recueillir la correspondance de Napoléon 1er.

L. Louvet


Biographie moderne ou galerie historique, civile, militaire, politique et judiciaire
Tome Second

FLAHAUT (le comte) lieutenant-général, commandant de la légion d'honneur, chevalier de Saint-Louis, etc.
Né gentilhomme, et fils d'un officier-général, il s'attacha à la fortune de Bonaparte, et parvint par son courage et ses talens militaires au grade de chef d'escadron du 13è régiment de chasseurs à cheval. Nommé officier de la légion d'honneur, après l'affaire de Friedland, les campagnes de 1808 et 1809 lui valurent l'emploi de colonel aide-de-camp du prince de Neufchâtel. Employé en 1812 en Russie, il fut cité avec éloge au combat de Mohilow, et devint bientôt après général de brigade et aide-de-camp de Bonaparte, qui, en 1813, le nomma l'un des commissaires chargés de l'exécution des dispositions de l'armistice du 4 juin. Il se signala aux affaires de Dresde, Leipsick et Hanau ; se réunit, inutilement, le 22 février 1814, aux plénipotentiaires russes, autrichiens et prussiens, à Lusigny, pour traiter d'une armistice, et après la restauration, obtint du roi la croix de Saint-Louis et le titre de commandant de la légion d'honneur. Créé pair de France, le 2 juin 1815, par Napoléon, il le suivit à l'armée ; combattit vaillamment à la bataille de Waterloo, et de retour à la chambre des pairs, défendit le rapport du ministre de la guerre, attaqué par le maréchal Ney, et certifia que les faits annoncés par le ministre étaient vrais. Il donna aussi des détails sur les opérations du maréchal Grouchy, et assura qu'il avait réellement quarante mille hommes à ses ordres. Il appuya ensuite fortement la proposition de Lucien pour faire reconnaîtreNapoléon II, et dit ; "Si l'empereur avait été tué, n'est-ce pas son fils qui succéderait ? Il a abdiqué, donc il est mort politiquement ; pourquoi son fils ne lui succéderait-il pas ?" Depuis le retour du roi, il est resté sans activité.


Dictionnaire historique et biographique des généraux français, depuis le onzième siècle jusqu'en 1822
par M le Chevalier de Courcelles
Tome sixième

DE FLAHAUT (Auguste-Charles-Joseph, comte) lieutenant-général, naquit le 21 avril 1785. Il entra au service, en 1800, dans un corps de volontaires à cheval qui accompagna le premier consul (Napoléon Buonaparte) en Italie. Il fut ensuite attaché, comme aide-de-camp, au général Murat, et fit avec beaucoup de distinction plusieurs campagnes, pendant lesquelles il parvint au grade de chef d'escadron du 13è régiment des chasseurs. Il s'était signalé à la prise d'Ulm, en 1805, sous les ordres de Murat, et avait mérité d'être cité avec éloge dans le rapport de cette afaire. Pendant la même campagne, il s'était encore fait remarquer dans différents combats qui précédèrent la bataille d'Austerlitz. En 1807, après la bataille de Friedland, il fut nommé officier de la Légion d'Honneur. Il fit la campagne de 1809, en Autriche, et fut blessé au cambat d'Ens. Il obtint, en récompense de ses services, le grade de colonel, et devint aide-de-camp du maréchal Berthier, major-général de l'armée. Employé, en 1812, à la grande-armée de Russie, il s'y distingua particulièrement au combat de Mohilow, le 26 juillet. Il fut promu au grade de général de brigade, le 22 fevrier 1813, et devint presqu'en même temps l'un des aides-de-camp de l'empereur Napoléon. Il fut envoyé, au mois de mai, pour recevoir le roi de Saxe sur la frontière de la Bohême et l'escorter dans sa capitale. Il fit la campagne de cette année en Saxe, et se distingua à la bataille de Dresde. Il fut l'un des commissaires envoyés par Napoléon, pour traiter, à Neumarck, au mois de juin, d'un armistice avec les armées russes et prussiennes, et fut ensuite chargé de traiter pour une prolongation de cet armistice. Le grade de général de division lui fut accordé, le 8 octobre, en récompense de la conduite qu'il avait tenue à la bataille de Dresde. Il donna de nouvelles preuves de bravoure et de conduite, aux journées de Leipsick, les 16 et 18 octobre, et à la bataille de Hanau, les 30 et 31 du même mois. Le 23 février 1814, il se rendit à Lusigny, chargé des pleins-pouvoirs de Napoléon, pour traiter d'une suspension d'armes avec les plénipotentiaires des souverains alliés ; mais la conférence qu'il eut à ce sujet n'eut aucun résultat. Après la première abdication de Napoléon, le comte de Flahaut envoya, le 16 avril, sa soumission au gouvernement provisoire. Il fut créé chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, le 19 juillet suivant, et obtint la croix de commandeur de l'ordre royal de la Légion d'Honneur, le 23 août de la même année. En mars 1815, le général Flahault reprit du service sous les drapeaux de Buonaparte, dont il redevint l'aide-de-camp, et qui le nomma pair de France, le 2 juin. Il fut envoyé à Vienne auprès de M de Talleyrand, par Buonaparte, pour entamer des négociations avec les souverains alliés, alors rassemblés au congrés tenu dans cette ville , et pour requérir le renvoi en France de l'impératrice Marie-Louise et du jeune Napoléon ; mais il ne put dépasser la ville de Stuttgart, et fut obligé de revenir en France sans remplir sa mission. Il combattit, avec Napoléon, aux journées de Fleurus et de Waterloo, et y déploya beaucoup de bravoure et d'intrépidité. Après la perte de cette dernière bataille, il revint à Paris siéger à la chambre des pairs, où, après la deuxième abdication de Buonaparte, il appuya la proposition de reconnaître Napoléon II pour empereur des Français. Il suivit l'armée française dans sa marche de Paris au-delà de la Loire. Quoiqu'il ne fût pas compris dans l'ordonnance du 24 juillet, il quitta cependant la France, et se rendit d'abord à Genève, puis à Aix en Savoie, et enfin en Angleterre, où il épousa la fille de lord Keith. Il revint en France, avec son épouse, au mois de septembre 1819. Il ne figure point dans le cadre des officiers-généraux. (Moniteur, annales du temps, états militaires)


Histoire biographique de la Chambre des pairs, depuis la Restauration jusqu'à l'époque actuelle
Par Alexandre Lardier

FLAHAUT (Auguste-Charles-Joseph, comte DE)
naquit à Paris, le 21 avril 1785. Il entra à l'âge de quinze ans, comme volontaire, dans un corps organisé pour accompagner Napoléon en Italie. Attéché ensuite, comme aide-de-camp de Murat, il fit à sa suite plusieurs campagnes et fut nommé chef d'escadron ; il en remplit les fonctions jusqu'en 1809, époque où il fut promu au grade de colonel. Il fit en cette qualité la campagne de Russie, s'y fit remarquer par sa bravoure, et après l'affaire de Mohilow, fut nommé général de brigade. Pendant la campagne de Saxe, l'empereur le prit pour aide de camp et le nomma, après la bataille de Dresde général de division. Le général Flahaut adhéra en 1814 aux actes du sénat et du gouvernement provisoire. Il reprit néanmoins pendant les cent jours ses fonctions d'aide de camp auprès de Napoléon, et fut envoyé à Vienne, par ce souverain, auprès du prince de Talleyrand. Mais, arrêté à Stuttgart, il fut obligé de rétrograder sans avoir pu remplir sa mission. Il fut nommé pair de France, combattit à Fleurus et à Waterloo, et après cette dernière bataille, vint appuyer à la chambre haute les propositions tendant à confier de nouveau les destins de la France aux mains de Napoléon. Après que la déchéance eut été prononcée pour la seconde fois, le gouvernement provisoire lui confia le commandement d'un corps de cavalerie. Mais à la rentrée du roi, il fut inscrit sur la liste des personnes qui devaient être exilées, disposition qui, cependant, n'eut pas de suite, à la recommandation du prince Talleyrand. Le général Flahaut voyagea quelques temps en Suisse et de là se rendit en Angleterre où il épousa la fille du lord Keith, l'une des plus riches héritières des trois royaumes. La mère du général Flahaut, émule de Madame Cottin, est connue pour des romans où l'intérêt le dispute à la grâce du style, et publiés sous le nom de Madame de Souza. Elle avait épousé en secondes noces l'ancien ministre de Portugal de ce nom.


Biographie nouvelle des contemporains (1820)

FLAHAUT (Auguste-Charles-Joseph, comte DE) fils d'un officier-général, naquit à Paris le 21 avril 1785. Sa mère, qui a épousé en secondes noces M de Souza, ancien ministre de Portugal, était connue par les grâces de son esprit, et a publié plusieurs romans qui se distinguent par le charme du style, une profonde sensibilité et des observations de moeurs aussi fines que piquantes. Le jeune Flahaut se voua de bonne heure à la carrière des armes, et entra dès l'âge de quinze ans dans un corps de volontaires à cheval, organisé en 1800, pour accompagner le premier Consul en Italie. Il fut ensuite attaché en qualité d'aide-de-camp au général Murat auprès duquel il fit plusieurs campagnes avec distinction. Elevé au grade de chef d'escadron du 13è régiment de chasseurs, il se distingua particulièrement à la bataille de Friedland, et fut nommé peu de jours après, en 1807, officier de la Légion d'Honneur. Grièvement blessé au passage de l'Ens, en 1809, il obtint à la fin de cette campagne le grade de colonel et passa ensuite de l'état-major du grand-duc de Berg (Murat) à celui du maréchal Berthier dont il devint aide-de-camp. Dans la guerre de Russie, M de Flahaut se fit remarquer par sa brillante valeur ; il se signala surtout à la bataille de Mohilow, le 26 juillet 1812, et fut nommé général de brigade, le 22 février 1813. Napoléon l'attacha alors à sa personne en qualité d'aide-de-camp et l'envoya, le 10 mars, au-devant du roi de Saxe qu'il reconduisit dans sa capitale. La belle conduite de Flahaut à la bataille de Dresde lui valut le grade de général de division. Après s'être de nouveau distingué aux sanglantes journées de Leipsick, le 18 octobre 1813, et à la bataille de Hanau, le 31 du même mois, il fut envoyé par l'empereur, le 23 février 1814, à Lusigny pour traiter d'une suspension d'armes qui ne fut point accordée, Napoléon ayant exigé pour première condition que les alliés fissent retirer leurs troupes jusqu'au Rhin. Après l'abdication de l'empereur, le général Flahaut adhéra aux actes du sénat et du gouvernement provisoire. Au retour de l'île d'Elbe, il reprit auprès de Napoléon son poste d'aide-de-camp. Envoyé à Vienne avec des dépêches adressées au prince Talleyrand, il fut arrêté à Stuttgart et revint en France sans avoir pu remplir cette mission. Créé pair avec le titre de comte, le 2 juin 1815, par le chef du gouvernement d'alors, il suivit la fortune de ce prince, se rendit avec lui à l'armée, combattit vaillamment à Fleurus et à Waterloo, et revint après cette dernière journée prendre place à la chambre des pairs où il tenta de vains efforts pour servir encore la cause de Napoléon et les intérêts de sa famille. Le 1er juillet, il prit le commandement d'un corps de cavalerie que le gouvernement provisoire lui confia. Après la seconde rentrée du roi, M de Flahaut ayant été inscrit sur la liste des personnes qui devaient être, sans jugement préalable, exilées de France, le prince de Talleyrand, depuis longtemps attaché à sa famille, obtint la radiation de son nom, et il ne fut point compris dans la fameuse ordonnance de proscription du 24 juillet ; mais on l'engagea à voyager pendant quelques temps chez l'étranger. Il se rendit alors en Suisse, puis en Angleterre, où l'une des plus riches héritières des trois royaumes, la fille de lord Keith, après bien des obstacles surmontés, donna sa main au général français. Il est revenu depuis, avec sa femme, visiter au moins momentanément sa patrie.

  règles de confidentialité
référencements site créé en 1999, mis à jour le 21 février 2017