Correspondance du citoyen Constantini avec le citoyen Monge , ministre de la marine,
concernant les approvisionnemens des arsenaux de la marine de la République française
Maxwell - 1793

A mes concitoyens :
"J'ai déjà mis sous vos yeux le peu de succès qui a accompagné les opérations que j'ai faites, et que j'ai proposées, relativement aux approvisionnements de tout genre de nos armées de terre ; les Ministres de la Guerre, qui se sont succédés jusqu'à ce jour, ne m'ont pas permis d'employer, en faveur de l'utilité publique, les connaissances et les relations que ma qualité de négociant m'a procurées sur ces objets.
Malgré les contre-temps sans nombre qu'ils m'ont fait essuyer, je ne me suis point découragé ; chaque circonstance où je croyais pouvoir être utile, je l'ai constamment embrassée. C'est dans cette vue qu'après avoir recueilli en Hollande des renseignement précieux relatifs aux bois de construction, mâts et cordages etc,. je me suis empressé de les communiquer au Ministère de la Marine.
Vous verrez, concitoyens, par la lecture de cette correspondance, la réponse sèche et pour ne pas dire malhonnête, que m'a fait le ministre, après avoir reçu de moi, et par le canal de mes correspondants, toutes les instructions qu'il m'a demandées sur les approvisionnements de la marine.
J'ai cru devoir vous donner cette petite esquisse de la conduite du Ministre de la Marine, ainsi que je l'avais déjà fait à l'égard des ministres de la Guerre et de l'Intérieur, afin de vous mettre à la portée de ne pas donner facilement vos suffrages à des hommes qui souvent s'attachent à les surprendre par les dehors d'un patriotisme qui ne fut peut-être jamais dans leur coeur."
Constantini, agent de la Ville de Bonifacio en Corse, et Lieutenant de la 13ème Compagnie de la Section amée de la halle au bled.

télécharger le document (numérisation Gallica 2)



 

dernière modification : 18 mars 2013
règles de confidentialité