(pas de titre)

22 – Côtes d'Armor

Histoire et patrimoine de Gommenec’h (Côtes d’Armor)

Si le nom de GOMMENEC’H, du préfixe vieux breton GOU (sous) et MENECH (pluriel de MANACH : moines) indique que le lieu fut anciennement sous la dépendance d’un monastère, on ne peut dire, aujourd’hui, de quel ordre il s’agissait et Saint GUY, patron actuel de la paroisse, est sans doute le substitut d’un moine Celte KHEU qui l’aurait fondé.

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine d’Erquy (Côtes d’Armor)

Erquy est un démembrement de l’ancienne paroisse primitive de Pléneuf. Mentionnée dès 1167 sous le nom de «parrochia de Erque» dans les chartes de l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois (Anc. év. III, 39). Le bourg d’Erquy se construit au XIIème siècle, autour de l’église et d’une motte féodale.
On rencontre les appellations suivantes : Par. de Erque (1167), Erque (en 1219, en 1223, en 1226, en 1233, en 1235),…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine de Bréhand (Côtes d’Armor)

Pages à consulter :
Les châteaux et les manoirs
Les chapelles et les croix
L’église de Bréhand…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine de Binic – Etables sur Mer (Côtes d’Armor)

La commune d’Étables-sur-Mer
L´église du village qui s´appelait alors Estables a été édifiée avant le XIIIème siècle, puisqu´en1202, Alain comte de Goëlo, fit don de l´église, de son presbytère et des dîmes de la paroisse, aux religieux Prémontrés de l´abbaye de Beauport…
La commune de Binic
Binic tire son nom du préfixe penn (qui signifie tête, chef, bout ou cap) et de Ic qui est le nom de la rivière voisine qui se jette dans la mer.Binic est donc l’embouchure de l’Ic. On la surnomme Cité des Embruns ou encore Le Grain de Beauté des Côtes-d’Armor. ..

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine d’Andel (Côtes d’Armor)

En 1875, le bourg d’Andel fut ravagé par un incendie. Andel fut Chef-lieu de Canton de 1789 à 1795 (première municipalité en 1790).

L’abbé J-N Hingant (1745-1822), d’où le nom de la rue principale d’Andel…, fut député du clergé aux Etats Généraux (1790) ; refusant de voter la Constitution Civile du Clergé il émigra alors à Jersey…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine d’Allineuc (Côtes d’Armor)

Origine du nom : en dépit de l’existence d’un nom d’homme vieux-breton Alunoc, attesté au IXème siècle dans les actes de l’abbaye de Redon, le toponyme est plus vraisemblablement formé avec l’article défini breton an et de l’ancien nom breton linoc, aujourd’hui lineg (linière)…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine de Trézény (Côtes d’Armor)

Trézény apparaît en 1731 sur l’Etat des paroisses et a élu sa première municipalité en 1790.

Le 2 mars 1913 fut bénie la première pierre de la nouvelle église de Saint Zény, église dont la bénédiction eut lieu le 21 décembre 1913…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine de Trévou-Tréguignec (Côtes d’Armor)

du pluriel de l’ancien breton treb, village, lieu habité et cultivé, pour Trévou, et de l’association du même mot treb et de saint Gwinieg, pour Tréguignec.
Les deux villages fusionnèrent en 1671 et devinrent commune indépendante en 1790…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine de Tréguier (Côtes d’Armor)

Tréguier doit son existence au moine gallois Tugdual (connu également sous le nom de  Pabu) et dont  la légende dit qu’il fut élu pape.  Il va dans les dernières années du 5ème siècle fonder un monastère prenant le nom de Lan Trecor, soit Landreger en breton, toponyme qui donnera, à partir du 14ème siècle, son nom  à la ville et à ses habitants, les trécorois…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire et patrimoine de Trégom (Côtes d’Armor)

On rencontre l’appellation « Trégrom » pour la première fois 1261, mais il existe des traces d’occupation des lieux depuis le néolithique, dont les menhirs de Keranscot (6,20 et 3,50 mètres). Au départ, la paroisse de Trégrom était un démembrement de celle de Louargat. Son économie s’appuyait sur la culture céréalière…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)