(pas de titre)

54 – Meurthe-et-Moselle

Histoire de Leintrey (Meurthe-et-Moselle)

La population était de cinq cent vingt-quatre habitants avant la Première Guerre mondiale et de six cent trente-neuf en 1836. Leintrey était chef-lieu de canton en 1790.

Situé sur la route des invasions, beaucoup de malheurs se sont abattus sur le village et ses habitants.

Le village fut réduit en cendres par les troupes de Gallas en 1636. Il n’y eut plus que cinq maisons. En 1688, d’autres, reconstruites, furent à nouveau incendiées…

(source wikipedia… lire la suite)

Histoire et patrimoine de Lachapelle (Meurthe-et-Moselle)

Peu de documents permettent de situer de façon précise les origines de Lachapelle. Mentionnée dès 1183, elle fit partie de la châtellenie de Baccarat.
On lit dans l’histoire de Metz en 1300, « Ancel sire de Ribaupierre, reconnu qu’il était devenu homme lige de l’évêché de Metz, moyennant 500 livres de petits tournois à lui accorder par l’évêque Gérard et comme cette somme ne lui avait point été donnée comptant, il retint en gage jusqu’au paiement….. La Chapelle. » (Les communes de la Meurthe par H. Lepage 1862 )…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire de Juvrecourt (Meurthe et Moselle)

Pour ce qui est de la période antique, deux sites de villas gallo-romaines ont été découverts sur le ban de la commune ; aujourd’hui, en raison des travaux aratoires, ces vestiges sont presque totalement disparus.

On a trouvé les restes d’un cimetière mérovingien sur la colline entre Juvrecourt et Xanrey…

(source wikipedia… lire la suite)

Histoire d’Igney (Meurthe-et-Moselle)

Ygneis en 1364.
Avant 1871, Igney faisait partie de l’arrondissement de Sarrebourg, dans le département de la Meurthe. Afin de préserver l’intégrité d’une ligne ferroviaire privée et son accès à la gare d’Avricourt, la France négocia auprès de l’Empire allemand une rectification des frontières…

(source wikipedia… lire la suite)

Histoire et patrimoine d’Hériménil (Meurthe-et-Moselle)

Sous le règne de Stanislas, le village a été baptisé  » Hérimenil en FRANCE ». Marie LECZINSKA , reine de France, fille de Stanislas, avait comme but de promenade l’Abbaye de BEAUPRE; elle passait par le territoire d’Hérimenil , alors en Lorraine. Une députation de paysans du village sollicita la reine afin que le bourg soit en France et traité à la française…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire d’Harbouey (Meurthe et Moselle)

Son nom vient du mot signifiant bois, en patois lorrain.
Fief français enclavé dans le duché de Lorraine jusqu’au xviiie siècle.
Faïencerie aux xviie – xviiie siècle.
Dommages au cours de la guerre 1914-1918.

(source wikipedia)

Histoire et patrimoine de Glonville (Meurthe-et-Moselle)

A consulter sur le site :
– Glonville, au milieu du 19ème siècle et aujourd’hui
– Glonville, il y a cent ans : Les poilus du 38ème
– 29 juillet 1944 : chute d’un bombardier Avro Lancaster sur le territoire de Glonville
– Mode de vie, culture, racines
– Traditions, coutumes transmises
– Conte ou légende du secteur…

(image et extrait du site officiel de la commune… lire la suite)

Histoire d’Halloville (Meurthe-et-Moselle)

Avant la guerre de Cent Ans (1337-1453), Halloville, dont le nom était parfois germanisé en Haleweiler, était du duché de Lorraine. Pendant cette guerre, le comte français Thiébaut Ier de Blâmont (comte de 1342 à 1376) conquiert plusieurs villages lorrains, y compris une bonne part d’Halloville. C’est le début du partage d’Halloville entre la France et la Lorraine…

(source wikipedia… lire la suite)

Histoire de Glonville (Meurthe et Moselle)

L’existence du village est attestée dès le viie siècle.
Le fief de Glonville relevait des châtellenies de Lunéville et d’Azerailles (bailliage de Nancy).
Pendant la Première Guerre mondiale, de violents affrontements ont lieu dans les bois de Glonville en août 1914…

(source wikipedia… lire la suite)

Le Calvaire Saint-Florentin de Gélaucourt (Meurthe-et-Moselle)

Au sud-ouest de Vézelise, le modeste village fleuri de Gélaucourt, réputé pour ses jardins, possède un beau calvaire dédié à Saint-Florentin datant du 16 juillet 1627, comme indiqué sur le fût.

Malgré une érosion certaine, sur l’une des faces de la croix, on peut ainsi voir Saint-Florentin tenant un livre avec à ses pieds deux animaux (des cochons) rappelant qu’il est le saint-patron du bétail domestique, et en particulier des chevaux…

(image et extrait du site patrimoine-de-lorraine.blogspot.com… lire la suite)